Le Bouddhisme de Jodo Shu

Honen Shonin

Le Bouddhisme est l’enseignement de Gautama  Bouddha. Il est né il y a environ 2500 ans en Inde, d’où est également originaire le bouddhisme. De l’Inde, il s’est répandu à travers le continent asiatique vers l’Est, et via la Chine et la Corée, il a également atteint le Japon au 6  e siècle. À cette époque, déjà 1000 ans s’étaient écoulés depuis la mort de Gautama Bouddha. Le Japon abritait déjà le shintoïsme, sa religion indigène d’origine. Le bouddhisme est venu ici d’outre-mer comme une nouvelle religion et s’est adapté au shintoïsme natif du Japon. Au Japon, le shintoïsme et le bouddhisme coexistaient pacifiquement et en symbiose logique. Cette combinaison a  conduit à une bonne éducation du cœur et de l’esprit japonais, en créant de nombreux aspects de la philosophie et de la culture japonaises jusqu’à nos jours. Cette culture symbiotique fait du Japon un pays très intéressant.

Quel type d’enseignement le bouddhisme est-il ?

Pour mentionner quelques-unes de ses idées de base:

1) toutes les choses ne cessent de changer.

2) toutes choses existent à travers des facteurs coopératifs illimités de nombreux aspects (cela signifie, par exemple, que « je » ou « mon ego » n’a pas d’existence absolue seulement par lui-même, mais  trouve son origine en dépendant de nombreux facteurs coopérants).

3)  c’est pourquoi tous les phénomènes naissent et existent par des relations illimitées, changent, disparaissent et naissent de nouveau.

Puisque nous, les êtres humains, ne voyons pas et ne comprenons généralement pas ces idées, nous vivons notre vie en nous concentrant sur nos désirs. Cela nous cause beaucoup d’inquiétudes et de souffrances. Si nous comprenons vraiment les idées mentionnées ci-dessus, alors réalisez et mettez cette sagesse en pratique dans notre vie quotidienne, les souffrances et les inquiétudes disparaîtront et nous pourrons vivre une bonne vie. Gautama Bouddha a passé beaucoup de réflexions sur la question de savoir comment les êtres humains devraient vivre, et a finalement reconnu ces vérités pour trouver son chemin vers l’illumination.

Qu’est-ce que le Jôdo  Shû  (« École de la Terre Pure ») ?

Au sein de la communauté bouddhiste (Sangha), il existe plusieurs confessions ou écoles bouddhistes différentes qui ont été fondées peu de temps après le décès de Gautama Buddha. Il y a aussi des écoles qui ont été fondées au Japon. La raison en est que, comme tant d’autres phénomènes naturels, la perception et la compréhension de l’enseignement de Gautama Bouddha se sont adaptées aux âges et aux sociétés changeants. Comme Gautama Bouddha n’a jamais désigné de successeur pour diriger sa  communauté, après sa mort, le bouddhisme en Inde s’est scindé en plusieurs «écoles» (du 2e  siècle au 1er  siècle av. J.-C.), qui appartenaient à la même tradition mais avaient des différences dans l’interprétation des règles monastiques. Après cela, au 1er  siècle  Mayahana-Bouddhisme, le soi-disant « Grand Véhicule », formé. La  Jôdo  Shû est l’une des écoles du bouddhisme Mahayana. Les racines du bouddhisme de la terre pure sont en Inde, d’où il a été amené en Chine et est devenu une forme répandue de culte, jusqu’à ce qu’il atteigne le sommet de son développement au Japon, où il a été  établi comme une école indépendante, la Jôdo Shû.

L’enseignement principal de la Jôdo  Shû  est de prier le Bouddha Amida  tout en appelant son nom en répétant «Namo  Amitā  Buddha» (prononciation japonaise : «Namu  Amida  Butsu»). Bouddha Amitā    est un Bouddha dont nous connaissons l’enseignement de Gautama Bouddha. Dans les pays bouddhistes d’Asie,  le Bouddha Amitā  est aussi le Bouddha de la compassion, avec le plus grand nombre de croyants.

Que signifie « Namo  Amitā  Bouddha»?

Premièrement, „Amitā“ en sanskrit se compose de la syllabe “ A- „qui signifie “ non “ comme une négation. La deuxième partie «mitā» signifie « mesurer».  Amitā est donc « quelque chose que vous ne pouvez pas mesurer » ou simplement « non mesurable ».
Alors, „namo“ signifie “ se réfugier dans « , “ adorer « , “ respecter « . It est une flexion du mot indien „namas“ dans le salutation „namas+te« .

Enfin, «Bouddha» est « celui qui s’est éveillé à la vérité».

Ainsi, „Namo  Amitā  Bouddha“ peut être traduit par “ Je me réfugie à Bouddha qui ne peut pas être mesuré par la sagesse humaine « . C’est une formule puissante que nous utilisons lorsque nous sommes heureux, tristes ou que nous avons un trouble cardiaque, ou dans toute situation où nous voulons exprimer notre gratitude, demander le salut ou purifier notre cœur. De plus,  le Bouddha Amitā  a prêté serment de vous amener dans son pays de paix et de béatitude lorsque votre vie aura pris fin.

Hônen Shônin  (1133-1212) qui fut le fondateur de notre  Jôdo  Shû, croyait fermement que cette simple phrase „Namo  Amitā  Bouddha“ contient et exprime toutl’enseignement bouddhiste en une seule expression.

Aujourd’hui, la Jôdo  Shû  a des succursales à travers le monde à Hawaï, en Amérique du Nord, au Brésil, en  Australie et en Europe.

Faisons une brève introduction au Centre européen du bouddhisme  Jôdo  Shû qui est situé en  France. Notre communauté locale se réunit une fois par mois lors de notre « rassemblement bouddhiste », où nous étudions les enseignements et l’histoire du bouddhisme, prions ensemble  Amitā  Bouddha  et appelons son nom en récitant « Namo  Amitā  Bouddha ». De plus, nous célébrons les cérémonies annuelles du bouddhisme japonais comme « l’anniversaire de Gautama Buddha », la commémoration de nos ancêtres, la cérémonie de gratitude O-Bon à nos ancêtres et d’autres cérémonies. Les autres activités consistent en des échanges culturels ou des soirées conviviales.